• Première scène devant... le président de la République!

    Fernand Raynaud devient très vite populaire.

    Ce jour-là, fébrile, Schoubert pousse pour la première fois la porte des 3 Baudets, près de la place Blanche. Cet endroit qu’on appelle à juste titre, le tremplin du music-hall, est orchestré par un grand professionnel, Jacques Canetti. Cette scène légendaire voit passer successivement les Frères Jacques, Juliette Gréco, Mouloudji, Catherine Sauvage, Georges Brassens, Jacques Brel, Félix Leclerc, Raymond Devos…

    Fernand Raynaud a, ce jour-là, appelé Schoubert, mais sans rien lui préciser. On doit juste répéter aux Trois Baudets, c’est tout… Jean Schoubert et Fernand Raynaud sont programmés avant Philippe Clay, accompagné d’un pianiste bègue-zozoteur qui déjà, déclenche l’hilarité dans les coulisses, un certain Darry Cowl… Mais Fernand, inconscient de l’inquiétude de son pianiste non préparé , discute avec les artistes, oubliant complètement la répétition… Tout à coup, sans plus d’explications, Fernand embarque Schoubert dans sa Ford Vedette et ils filent au Palais de Chaillot. C’est là qu’ils vont se produire! Il y a des policiers partout! Schoubert apprend qu’il vont jouer pour un gala en présence du président de la République René Coty! Et ils n’ont même pas répété! Schoubert est paniqué… Lorsqu’il arrive en scène, mort de trac, il entame avec le seul morceau qu’il connaît du répertoire de Fernand: l’introduction de «T’es un peu belle mignonne». Mais Fernand se lance dans un registre complètement inattendu, très « musique de chambre »… Schoubert improvise, attendant le naufrage! Puis la puissance comique de Fernand Raynaud parvient à prendre le dessus et Schoubert, qui, il y a peu, luttait dans la tempête à bord du « Liberté » , en professionnel aguerri redresse la barre… C’est la fin du calvaire! C’est même surpris que Schoubert entend crépiter les applaudissements. Au moment où il croise le regard de Fernand Raynaud, ils éclatent tous deux d’un même fou rire, conscients d‘être revenus de loin…

    Telle fut la première scène publique de Schoubert avec Fernand Raynaud… L’ange de la farce, une fois de plus, était son allié.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :